Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par La Marquise de Mévigné le Dim 28 Jan 2007 - 14:57

Ma chère enfant,

Je vais vous narrer la chose la plus irritante, la plus désagréable, la plus agaçante, la plus révoltante, la plus mystérieuse, la plus inouïe, la plus injuste, la plus attristante, la plus dérangeante, la plus digne de mépris. Malheureusement une chose que l'on trouve de plus en plus présente et qui fait fureur à Paris, mais qui aujourd'hui a atteint Versailles. Une chose que beaucoup voudrait voir tarir, meme si quelques furieux s'en réjouissent méchamment. Une chose que j'hésite vraiment à vous révéler. Une chose que vous auriez du mal à imaginer et, pour laquelle, vous jetteriez certainement votre langue aux chiens de Monsieur le Veneur. Bref une chose que je vous donne en mille : quelqu'observateur annonce l'embastillement de Monsieur de Carbucce ! Rendez-vous compte, ce saint homme aux cent une lumières ! C'est incroyable, mais en quel temps vivons-nous ? Déjà je croisai, le long du Grand Canal, le capitaine des dragons Becketchoff qui me commentait, avec autorité et forces arguties, l'évidence des lettres de cachet adressées par Monsieur le Régent, dit l'Usurpateur, à quelques procureurs qui avaient tenté de se dresser contre la brutalité arrogante de ses moeurs. Figurez-vous, ma chère enfant, qu'il me développa une dissertation selon laquelle quiconque possède une charge, ne doit s'en servir qu'au profit exclusif de sa Souveraineté, car n'étant que de passage, il ne saurait chercher l'équité sans se faire congédier immédiatement !
Voilà un beau sujet pour soutenir une disputatio, comme se plaît à dire Monsieur le Régent, à condition qu'elle aille dans son sens. Il semblerait que désormais une coupure existât qui fait que, si vous n'êtes pas clairement d'un partie, c'est que vous etes automatiquement de l'autre..
Quel malheur, mais il y a encore plus grande catastrophe. Savez-vous, ma chère fille, que la misogynie se porte haut par Monsieur l'ex-Vicomte de la Maison Opaque et quelques courtisans de son entourage. Ces Messieurs osent en effet dénier les beautés intellectuelles et spirituelles que peuvent apporter les femmes à notre société ? Et oui, comme en Musulmanie, ils souhaiteraient qu'elles se contentassent de leur servir, sur un signe, quelques tasses de chocolat, et déroulassent le tapis rouge devant leurs pas, sans parler d'autres avantages que je tairais par délicatesse pour vous, ma chère enfant.
Ne vous en laissez surtout pas compter par ces marauds, ces ruffians, ces potentats d'un autre âge et prenez votre destin en mains, comme toute une chacune doit le faire, sans compter sur la condescendance de ces Messieurs.
Je vous embrasse, ma très chère Marguerite, en attendant de "grignoter" avec vous.

Votre mère qui vous aime


Dernière édition par le Dim 28 Jan 2007 - 16:31, édité 1 fois

La Marquise de Mévigné
Revenant

Nombre de messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par BRUGIER PHILIPPE-ARNAUD le Dim 28 Jan 2007 - 15:53

Et ce n'est qu'un avant goût de ce que peut être capable l'OEIL NIMBE DE FLAMME . vous devez combattre .

L'Ombre étend son influence , partout sur le Monde .

Et tout ce qui a été vert et bon disparaîtra dans les FLAMMES .

Il en viendra à mourrir une image de la Grandeur des Rois des Hommes , et ce , dans un gloire non ternie , jusqu'au brisement de ce Monde et toi , ma fille Arwen , tu erreras , accablée du Deuil , dans les forêts en train de se dessécher , et tu ressentiras cette Douleur immense pendant les longues soirées d'hiver qui tombent sans bruit .

Saroumane et Sauron renforcent la Puissance des DEUX TOURS , même si cela conduit à la Fin du Monde .


On voit quantité d'orientaux et de Suderons à nos Frontières .
Sauron les engage pour faire sa Guerre , la Dernière , Celle qui va ensevelir le Monde dans l'Ombre .

BRUGIER PHILIPPE-ARNAUD
Régulier

Nombre de messages : 457
Age : 45
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par La Marquise de Mévigné le Dim 28 Jan 2007 - 16:20

Monsieur le Grand Inconnu,

L'attraction que j'ai pour les Belles Lettres ne m'a point encore conduite aux mystères de Saroumane et Sauron et de la fille Arwen.
Pour éclairer notre monde, vous serait-il possible de nous en dire plus sur ces personnages mystérieux qui nous semblent tout droit sortis de l'Apocalypse ?
Et puis à quoi doit renvoyer cette puissance des DEUX TOURS qui ne saurait, par anachronisme, je crois, renvoyer à ce Nouveau Monde que bien de ces Français, assidus de ce forum, glorifient ?
Enfin serions-nous menacés, à nos frontières, par quelques Suderons que je ne connais point, car dans mon entendement seules les Turqueries seraient susceptibles, dans un proche avenir, à ma connaissance, de faire trembler l'Europe de ses bases ?
Je vous remercie, Monsieur le Grand Inconnu, de bien vouloir m'éclairer, ainsi que tous les néophytes, sur ces monstres qui pourraient inquiéter notre tranquillité.

Recevez toutes mes civilités de lectrice en proie à une curiosité de bonne aloi.

La Marquise de Mévigné
Revenant

Nombre de messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par Mac Carthy le Dim 28 Jan 2007 - 16:24

La Marquise de Mévigné a écrit:Monsieur le Grand Inconnu,

L'attraction que j'ai pour les Belles Lettres ne m'a point encore conduite aux mystères de Saroumane et Sauron et de la fille Arwen.
Pour éclairer notre monde, vous serait-il possible de nous en dire plus sur ces personnages mystérieux qui nous semblent tout droit sortis de l'Apocalypse ?
Et puis à quoi doit renvoyer cette puissance des DEUX TOURS qui ne saurait, par anachronisme, je crois, renvoyer à ce Nouveau Monde que bien de ces Français, assidus de ce forum, glorifient ?
Enfin serions-nous menacés, à nos frontières, par quelques Suderons que je ne connais point, car dans mon entendement seules les Turqueries seraient susceptibles, dans un proche avenir, à ma connaissance, de faire trembler l'Europe de ses bases ?
Je vous remercie, Monsieur le Grand Inconnu, de bien vouloir m'éclairer, ainsi que tous les néophytes, sur ces monstres qui pourraient inquiéter notre tranquillité.

Recevez toutes mes civilités de lectrice en proie à une curiosité de bonne aloi.

Philippe-Arnaud évoque l'oeuvre de JRR Tolkien, Le Seigneur des Anneaux. queen

Oui, il est parfois un peu abscons, mais on s'y fait, " it's a jolly good fellow"... bouncevert

Mac Carthy
Pilier du forum

Nombre de messages : 594
Age : 52
Localisation : Hauts-de-Seine
Réputation : 5
Date d'inscription : 18/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par BRUGIER PHILIPPE-ARNAUD le Dim 28 Jan 2007 - 16:36

Je dois en référer à mon Supérieur Hiérarchique , car il est Puissant et Sage ....

Depuis quand Saroumane a perdu la Raison pour la Folie ?

Seigneur Sauron , je suis à vos Ordres .
Construisez-moi une armée digne du MORDOR !!!!

MORALITE : QUAND UN SUPERIEUR HIERARCHIQUE BASCULE DANS L'OMBRE , LES RESULTATS SONT CATASTROPHIQUES !!!

BRUGIER PHILIPPE-ARNAUD
Régulier

Nombre de messages : 457
Age : 45
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par La Marquise de Mévigné le Dim 28 Jan 2007 - 16:39

Monsieur,

Madame la Marquise me prit de vous faire savoir qu'elle vous remercie pour ces informations qu'elle sollicita avant de partir pour Rambouillet.

Elle s'empressera dès qu'elle aura un moment de plonger ses réflexions dans cet auteur, apparemment très nouveau, qu'elle ne connaissait point.

Serviteur

Le Secrétaire de Madame la Marquise de Mévigné

La Marquise de Mévigné
Revenant

Nombre de messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par Duc de Saint Sermon le Lun 29 Jan 2007 - 0:38

Chère Marquise,

Quel plaisir me vaut ici votre présence? Je vous croyais, à tout vous dire, définitivement éloignée de toutes ces intrigues et ces vaines querelles de Cour, où se complaisent les gens qui veulent faire les importants, et ne font que les importuns. Je me représentais votre retraite, calme et heureuse, délivrée des soucis du monde et des déceptions qu'il traîne après soi, comme des feuilles mortes prises à l'ourlet de la robe des coquettes, ou accrochées aux franges herminées du manteau des Grands, et je me peignais votre calme, consacré aux lettres, à l'affection de madame votre fille et aux soins de votre âme, dans ce château des Rochers où vous avez voulu vous réfugier, afin d'écouter, dans le silence, la voix profonde de la vérité, et de goûter la lucide mélancolie qui nous vient avec le temps ou avec la sagesse mûrissante de l'âge...
Et voilà que j'apprends, par votre bouche-même - ou, plutôt, par votre plume -, votre retour à Versailles, en ces moments où tout s'y trouve retourné et bouillant de nouveaux scandales, agité de rébellion et déchiré, comme jadis, par la lutte acharnée d'une faction d'imposture contre un parti vertueux!
Eh! Madame, serait-ce que dans votre coeur pacifié, se serait soudain ranimé la flamme qui, jadis, fit déjà de vous la plus belle de nos Frondeuses, et l'amie de cette coterie qui fut, ces derniers temps, si injustement réprouvée et maltraitée par notre nouveu Maître, le détestable Régent?
Vous qui inclinâtes autrefois pour l'infortuné Monsieur Fouquet, dont l'éclat et l'esprit insultèrent tant au pouvoir, jaloux de ses grâces et de ses libéralités d'honnête homme, vous voilà de nouveau embarquée dans l'aventure risquée d'embrasser, en nos débats, le parti de l'intelligence et du bon sens, contre l'arbitraire de la force brutale, du ridicule couronné, et de la bêtise entêtée?!
Mandez moi vite, ma toute aimable, où votre beauté perche en cette ville, et sur quelle branche vous y daignâtes poser vos pattes délicates, charmant oiseau donc le bec est de l'acier trempé et mordant des meilleures plumes à écrire, que je vous fasse visite au plus tôt!
Si vous êtes demain soir au Jeu de la Reine, où tout ce qui compte d'hommes d'honneur et de femmes de coeur en ce pitoyable Royaume va se presser jusqu'à l'aube à la suite du Prince d'Athènes et de nos partisans, pour causer de la dernière disgrâce en date, celle de votre ami Carbuce de Saint-Sévayre, ne manquez point de nous y rejoindre.
Nous vous y ferons bon accueil, et recevrons avec joie et grand intérêt les nouvelles que vous voudrez bien nous donner, si vous êtes porteuse de quelque inédit détail propre à éclaircir les détours de cette ténébreuse affaire.
Et ne manquez point de me croire, puisque vous voici prête à rejoindre nos rang, votre très affectionné, obligé, et amical,

Exupère-Palamède Duc de Saint-Sermon

Duc de Saint Sermon
Intervenant

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par La Marquise de Mévigné le Lun 29 Jan 2007 - 8:24

Cher Duc et Pair de France,

Je suis en effet revenue dans cet antre aux gourgandins et aux benêts, que je ne reconnais plus. Ah mon cher, le paysage a bien changé et je pense pleurer en voyant la dégradation de cette place. Tout y est pitoyable, y compris les dîners.
Et vous, très cher, je vous croyais entré au Conseil de Régence et je vous vois, au contraire, dans les plus tumultueuses dispositions. Vous avez l'esprit toujours aussi pénétrant et j'espère que vous ne doutez pas un instant qu'il y a là le meilleur moyen de se faire d'immortels ennemis !
Vous me parlez d'une petite festivité qui aurait lieu demain soir, mais je n'y suis point convié, mon cher. Il est vrai que "loin des yeux, loin du coeur", "éloignée de la Cour, plus de Cour" mais cela ne me contrarie point, devant soigner une méchante douleur qui m'empêche presque d'écrire ...
Je suis dans le plus grand regret de devoir écourter cet échange délicieux mais quelques affaires à régler m'appellent du coté de ce grand et désordonné Paris.

Dans le grand plaisir de vous revoir, recevez, mon Cher Duc et Pair de France, l'expression de ma plus profonde amitié et considération.

Marquise de Mévigné

La Marquise de Mévigné
Revenant

Nombre de messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par Nini Peau d'chien le Lun 29 Jan 2007 - 13:39

Bravo, Marquise, bravo, Duc, vous êtes tous deux à croquer... je veux dire "sublimes" ! Continuez, vos lettres sont un délice.

Nini Peau d'chien
Mémé

Nombre de messages : 116
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par ZEBULON le Lun 29 Jan 2007 - 14:09

Je suis entièrement d'accord avec Nini Peau d'chien, vos missives sont un vrai régal pour qui aime la belle langue française et quel talent. Continuez ainsi, cher Duc de Saint Sermon et chère marquise de Mévigné.


app

ZEBULON
Intervenant

Nombre de messages : 29
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par veneur le Lun 29 Jan 2007 - 14:27

ZEBULON a écrit:Je suis entièrement d'accord avec Nini Peau d'chien, vos missives sont un vrai régal pour qui aime la belle langue française et quel talent. Continuez ainsi, cher Duc de Saint Sermon et chère marquise de Mévigné.


:app:

Et vous avez oublié le Veneur, qui s'est tu provisoirement, à cause du Capitaine des Dragons !

Bien à vous

veneur
Régulier

Nombre de messages : 422
Réputation : 0
Date d'inscription : 16/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par Duc de Saint Sermon le Lun 29 Jan 2007 - 18:06

Chère Demoiselle Nini, cher Monsieur Zébulon,

Vais-je devoir me laisser aller, sous vos éloges, à rougir à l'égal de la couleur de mon grand cordon de l'Ordre de Saint Louis?
Votre bonté fait indiscrétion à ma pudeur naturelle, - qui fait, croyez-le, que malgré mes titres de Duc et de Grand, je suis un personnage, au fond d'humeur farouche, ayant l'humilité fort ombrageuse... au moins, pour tout avouer, à l'égal de l'orgueil.
Mais de cet orgueil que tant on me reproche, je n'use qu'en guise de défense contre les vulgarités et les bassesses de cette Cour de Monseigneur-Lune, - et pour me défier des traits vaniteux et blessants de ce méchant homme, auprès de qui le pire molosse d'Hyrcanie n'est qu'un tendre agneau, et à qui nulle bête de peut se comparer, ni pour la cruelle stupidité, ni pour l'aveugle et sauvage entêtement, ni pour le carnassier appétit. Quant à ma modestie, venant, quant à elle, des régions secrètes de mon coeur, j'en suis partant fort parcimonieux, et vous en offre d'autant plus volontiers l'effet en ami et en débiteur de vos compliments.
Je me vois effectivement fort réjoui de l'apparition, charmante autant qu'inespérée, opportune autant qu'inattendue : pour tout dire, providentielle, en ces lieux fort admirablement et brillamment famés, de ma vieille amie la Marquise de Mévigné, dont les missives, toujours pleines d'un esprit sans pareil pour le mordant, et d'une grâce typiquement féminine quant à la perfidie, font de celle qui les écrit de sa main fine et blanche, et au sens le plus vrai, une authentique femme de Lettres...
Que sera-ce, lorsque nous aura rejoint, dans quelque temps, lorsquelle sera de retour à Saint Cloud des ses pauvres Provinces natales, dévastées par une récente et injuste guerre, ma très chère Madame, Princesse Baratine!...
Se joignant en tiers à nos échanges, avec la Marquise et votre Serviteur, elle apportera aux récits des ridicules et des turpitudes dont ces temps et ce gouvernement sont fertiles, la franchise et la rudesse savoureuse, quelque peu typiquement tudesque, de son bon sens, mis au service de son horrreur de tout faux-semblant, de sa haine naturelle de toute injustice et de son mépris pour toute réputation empruntée.
N'est-ce point-elle qui, parlant de la vanité incommensurable de Monseigneur-Lune, m'écrivait l'autre jour, dans un courrier secret porté par messager : "Sa Grandeur en tous lieux se répand à faire roue de sa queue de paon; mais, ce faisant, réfléchit-Elle que cet oiseau paré des plus belles plumes qui soient, lorsqu'il les déploie en éventail, se découvre, par derrière et en dessous, le trou du c***, et qu'en telle ridicule posture, il n'est point lieu d'être fier..."?
Délicieuse Madame Baratine! On ne saurait mieux dire de Monseigneur, - dont la voix elle-même, si désagréable et cassante à l'oreille, ressemble à l'affreux cri de ce volatile, qui hurle à tous les échos un gloussement râpeux et acide, qui vise à la puissance, et n'est que désobligeant et disgracieux râclement, tel d'une trompette marine mal timbrée...
A votre intention, Mademoiselle Nini, - dont je doute que ce charmant diminutif soit le véritable prénom, qui doit être celui d'une grande Dame, prenant ici un incognito de mascarade, comme on fait d'un domino de redoute bergamasque -, seriez-vous point cette exquise Suivante de la duchesse de B., que naguère je connus, et qu'hier encore, je croisai avec plaisir dans l'Allée d'Eau du Trianon de Marbre? Pardonnez, je vous prie, mon indiscrétion, - et ne songez point à m'éclaircir sur ce point, si vous venez à juger par trop discourtoise l'audace de la question.
Je ne sais que trop, cependant, suivant en cela l'excellent précepte de Monsieur de La Rochefoucaud, que les réponses que l'on espère à ce genre de question, - ou que l'on ne consent point à y donner -, sont parfois bien plus indiscrètes que la question elle-même qu'on pose.

Mes ducales et cordiales Salutations à tous deux!

Duc de Saint Sermon
Intervenant

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par La Marquise de Mévigné le Mar 30 Jan 2007 - 23:39

ZEBULON a écrit:Je suis entièrement d'accord avec Nini Peau d'chien, vos missives sont un vrai régal pour qui aime la belle langue française et quel talent. Continuez ainsi, cher Duc de Saint Sermon et chère marquise de Mévigné.


app

Cher Monsieur Zébulon,

Que n'oubliais-je de vous remercier des mots, si doux à notre entendement, que vous avez bien voulu prononcer en la faveur des interventions des deux discrets témoins que nous fumes, le Grand Duc et moi-meme !
Ma mémoire ne voulant point répondre à mes objurgations, je fis appel à quelques opuscules sur la mythologie grecque mais n'y trouvait d'aucune sorte le qualificatif de Zébulon, sous lequel vous semblez vous dissimuler. Peut-etre est-ce un nom emprunté à quelque histoire hors nos frontières, une turquerie peut-etre ?
Je vous rendrai mille grâces de bien vouloir réduire à néant ce manquement au savoir universel.

Mes immenses salutations vous accompagnent, mon cher Monsieur Zébulon.

Marquise de Mérigné

La Marquise de Mévigné
Revenant

Nombre de messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par beketch le Ven 2 Fév 2007 - 1:17

Monsieur Zebulon n'ayant pâqs cru devoir réponde à la Marquise, qu'il me soit permis de servir de truchement aux lumières qu'apporte sur ce point le rabbin Cohen :
"Certains éléments permettraient d’identifier la filiation des Juifs de Tunisie et de l’attribuer à une tribu particulière : celle de Zebulon !
En effet, les deux métiers les plus répandus à Djerba et au Sud de Tunis étaient la pêche et la poterie. Or, il est dit dans Genèse 49, 13 à propos de la tribu de Zebulon : "Zebulon occupera le littoral des mers ; il offrira des ports aux vaisseaux, et sa plage atteindra Sidon". Comme le territoire dévolu à Zebulon longeait la côte, les membres de cette tribu exerçaient des métiers liés à la mer : ils pêchaient des poissons, les salaient et les conservaient, les vendant ensuite dans d’autres pays. Ils connaissaient également l’art du tissage, de la broderie et de la teinture.
L’écrivain romain Pline, qui vécut à l’époque de la destruction du second Temple, mentionne la "réputation des habits de pourpre fabriqués sur l’île de Meninx (= Djerba) qui égalait celle des somptueux vêtements confectionnés à Tyr". Témoignage plus récent : celui du chroniqueur Ibn Khaldoun qui vente les tissus originaires de Djerba, au XIV ème siècle. En 1906, l’île de Djerba exportait vers la France et le Maroc des tissus et des vêtements teints pour la valeur de 400 000 francs en or.
Jadis, les Juifs de Djerba pratiquaient également un autre métier, celui de potier. Dans deux villages proches du littoral, S’devikech et Guellala, ils utilisaient le sable fin de la mer pour confectionner jarres et autres objets en argile ornés de dessins et esquisses diverses. Lez style de ces dessins et sculptures est identique à celui des amphores et autres objets découverts à Sidon et à Carthage. Les Juifs furent aussi des orfèvres réputés, métier qu’ils pratiquent jusqu’à ce jour. Chose curieuse, jusqu’en 1959, les Arabes se refusaient à exercer l’art de l’orfèvrerie ou tout autre métier lié aux travaux des métaux : il existait en effet dans le monde musulman une croyance répandue selon laquelle il pouvait arriver malheur à celui qui exerçait ce métier.
Rapporté au nom du rabbin de Sfax, le récit suivant semble confirmer cette filiation à la tribu de Zebulon : " J’ai trouvé un manuscrit nommé Les chemins de la paix du Rav Chalom Chim’oni, expliquant qu’un décret avait interdit de donner aux enfants juifs les noms des patriarches et des prophètes ; pour contourner l’interdiction, les tunisiens nommèrent leurs fils selon les surnoms d’animaux donnés par Jacob à ses fils. Les gens de Djerba portaient le nom de Zebulon, car on pense que les premiers habitants étaient en effet issus de la tribu de Zebulon, qui était accoutumée à résider uniquement sur le littoral ".

A la lumière de toutes ces données, l’hypothèse selon laquelle les Juifs de Tunisie et en particulier ceux de Djerba seraient issus de la tribu de Zebulon pourrait bien être fondée ".

beketch
Psychologue - Ufologue

Nombre de messages : 31
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par La Marquise de Mévigné le Ven 2 Fév 2007 - 1:31

Monsieur le Capitaine,

Madame la Marquise est confondue devant tant de savoir !
Elle n'hésitera point à défendre votre cause auprès du Maréchal pour l'obtention d'un grade de Commandant des Dragons, en espérant bien toutefois que cela ne se transformât pas en dragonnades.
D'ailleurs vos conférences auprès de nos troupes se multiplient en ce moment, faut-il voir là un signe encourageant pour la montée de votre renommée, pourtant déjà bien établie ?



Que mes devoirs respectueux vis à vis d'un homme de guerre vous accompagnent.

La Marquise de Mévigné

La Marquise de Mévigné
Revenant

Nombre de messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre de Madame de Mévigné à sa fille Madame de Grignotte

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum