SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Impatient SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Victor le chacal le Mar 6 Nov 2007 - 19:09

Mes F:.F:.!

En exclusivité mondiale pour le FL, nous sommes parvenus à nous procurer l'illustration de la couverture du livre que notre éminent membre Monseigneur le Duc de Saint-Sermon (l'événement littéraire que nous attendions tous) devrait faire paraître incessamment sur notre petite affaire et dont nous ignorons encore le titre à ce jour.



Cela devrait être assez croustillant. (PG, tu vas être flatté, il y a des pages sur toi d'après ce que j'ai compris applaud )

Le Roi est nu!

Plus d'info dans pas longtemps.

Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7692
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 78
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Grand Architecte du Forum le Mar 6 Nov 2007 - 19:18

Oh le beau jabot! Laughing

Grand Architecte du Forum
Régulier

Nombre de messages : 449
Réputation : 5
Date d'inscription : 07/01/2007

http://www.libreforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par IPfix le Mar 6 Nov 2007 - 19:23

joli calbute aussi.

IPfix
Habitué

Nombre de messages : 193
Réputation : 4
Date d'inscription : 21/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Victor le chacal le Mar 6 Nov 2007 - 19:47

Ca y est, l'épreuve de la couv' Wink :


Nous avons donc le titre. contentmauve


Dernière édition par le Mer 7 Nov 2007 - 6:12, édité 2 fois

Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7692
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 78
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Invité le Mar 6 Nov 2007 - 20:32

J'espère que l'auteur sera invité sur Radio Courtoisie pour présenter son livre et acceptera de le dédicacer à la prochaine vente espace Charenton. albino

Si un patron d'émission veut partir en claquant la porte au nez de l'endive, ce serait un joli départ………

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Victor le chacal le Mar 6 Nov 2007 - 21:57

Uncle Toby a écrit:J'espère que l'auteur sera invité sur Radio Courtoisie pour présenter son livre et acceptera de le dédicacer à la prochaine vente espace Charenton.
S'il y a une prochaine défaite de la Courtoisie.

Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7692
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 78
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Courtoisrazzo le Mar 6 Nov 2007 - 22:43

Victor le chacal a écrit:
Uncle Toby a écrit:J'espère que l'auteur sera invité sur Radio Courtoisie pour présenter son livre et acceptera de le dédicacer à la prochaine vente espace Charenton.
S'il y a une prochaine défaite de la Courtoisie.
Elle aura lieu Shocked , en effet (si nous sommes logiques, dans l'espace tout court, cher au Gros Sketch de "nous ne sommes pas seuls dans l'univers" Suspect , ou à Charenton l'asile, en l'honneur des derniers séniles qui se seront d'ici-là, fondus de l'ogive nucléaire ironic ...)

Ah! Salaud, cochon de Duc! colere Il va me voler la vedette de la médisance auprès des Forces Libres... Mais, va, je ne ne le hais point (comme il l'écrirait lui-même).

J'aurai grand plaisir à relayer, en chroniquant ici ses oeuvres, cette autre langue de... Wink vipère, qui s'excuse de raconter des horreurs dans un style sans faille...

Ah! Que je l'envie : qu'on nous rende le Versailles qu'il a connu (sans Quinquin Wink )... mais qu'on ne se prive pas pour autant de ce qu'il raconte (avec Quinquin en sus... En sus - surtout par les bigorneaux du Mardi et par la Paul-marie d'hier au soir, déchaînée dans l'idolâtrie de l'aiguillette en folie).

Il aura su, je n'en doute, peindre le très petit interrègne avant l'abysse, d'une plume qui sait se tremper où il faut (c'est à dire : ni dans le derrière de l'Ânette, ni dans la confiture de louanges du 61 dévotieux de son Maître...)

A nous, Duc, deux mots... et cent, en somme, et mille si vous voulez. Foin d'une couverture : des EXTRAITS SUR LE FL!!!!

Qu'on en jouisse!!! applaud

Courtoisrazzo
Pilier du forum

Nombre de messages : 797
Réputation : 9
Date d'inscription : 24/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Averell le Mer 7 Nov 2007 - 0:00

Uncle Toby a écrit:J'espère que l'auteur sera invité sur Radio Courtoisie pour présenter son livre…

Ouais... t'as qu'à croire...

Et puis existe-t-il encore beaucoup de lettrés (ou de non-illetrés) qui écoutent ce bousin sectaire et haineux ???

Averell
Régulier

Nombre de messages : 346
Age : 35
Réputation : 15
Date d'inscription : 07/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Lady Macbeth le Mer 7 Nov 2007 - 0:06

Ah franchement mon cher Averell vous n'êtes pas dans le thème.
d'abord les conditions posées par sire Toby sont pittoresques.

Ensuite tout cela restera très chic.

Ce sera bientôt du dernier bon ton de goûter au délicieux fiel du duc de Saint-Sermon.

Ah le cher Exupère-Palamède qui ne se vantera de l'appeler "Exupal" en privé !!!

Lady Macbeth
Intervenant

Nombre de messages : 77
Age : 62
Localisation : Écosse
Réputation : 4
Date d'inscription : 20/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Macbeth le Mer 7 Nov 2007 - 0:08

C'est qu'elle frétille d'aise, la garce, à l'idée de s'approprier le jeune et talentueux vidame de Chartres !!!

Macbeth
Intervenant

Nombre de messages : 25
Age : 67
Localisation : enfer
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/06/2007

http://Shakespeare.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Charles B le Mer 7 Nov 2007 - 0:10

Eh bien, vieux traître, elle a moins mauvais goût en vous cocufiant qu'elle n'en eut en vous épousant.

Charles B
Intervenant

Nombre de messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Guinevere le Mer 7 Nov 2007 - 8:10

Superbe, la couverture de Saint-Sermon !

Ceci posé, je trolle un tantinet. Cela fait quelque temps que j'avais des doutes sur l'emploi, ici, du terme bigorneaux pour désigner des gens qui, en quelque sorte, s'accrocheraient à leur rocher.
Ce matin, j'ai eu le temps de vérifier :
http://www.cnc-france.com/index.php?rub=1&page=43&type=theme&id=49
Les bigorneaux sont des mollusques libres et capables de se déplacer :

Le bigorneau et l'ormeau sont des gastéropodes et non des bivalves, ils ont donc une seule coquille spiralée.

Ils sont tous deux herbivores et "broutent" grâce à une sorte de langue râpeuse (la radula) les algues fixées aux rochers. Mais ce sont aussi des nettoyeurs puisqu'ils ingèrent les particules organiques déposées dans les anfractuosités des rochers ou dans les dépôts limoneux entre les graviers.


Le bigorneau est d'ailleurs élevé en complément des huîtres dans les parcs qu'il contribue à nettoyer de leurs algues.

En dehors de l'homme, les prédateurs essentiels de ces coquillages sont les oursins et les étoiles de mer, ainsi que les coquillages prédateurs tels que le murex et la pourpre.

Bigorneau
Comme tous les gastéropodes, ormeaux et bigorneaux ont donc un pied ventral qui leur permet de se déplacer en rampant, tandis que la région dorsale est enroulée sur elle-même.

Ainsi le tissu conjonctif, que l'on nomme le manteau, est entortillé à l'intérieur d'une coquille elle-même en colimaçon. Les organes ont ainsi une disposition asymétrique.


Autant pour la métaphore ! De coquillages qui s'accrochent, je ne vois guère que les huîtres et les moules...

Guinevere
Pilier du forum

Nombre de messages : 795
Age : 69
Localisation : Au royaume arthurien
Réputation : 9
Date d'inscription : 20/02/2007

http://reflexsurtempscourants.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Mac Carthy le Mer 7 Nov 2007 - 10:15

Guinevere a écrit:
Autant pour la métaphore ! De coquillages qui s'accrochent, je ne vois guère que les huîtres et les moules...

Il y a aussi les berniques (ou briniques dans une certaine Armorique), appelées aussi "chapeaux chinois", qui sont particulièrement coriaces à détacher de leur rocher. Les ormeaux aussi s'accrochent, mais ils sont rares et recherchés, ce qui n'est pas le cas des âmes errantes du 61. Evil or Very Mad

Mac Carthy
Pilier du forum

Nombre de messages : 594
Age : 52
Localisation : Hauts-de-Seine
Réputation : 5
Date d'inscription : 18/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Averell le Mer 7 Nov 2007 - 11:42

Merci pour le troll de Guinevère.
Mais est-ce tout à fait un troll ?

Car la question qui se pose est de savoir qui est Saint-Sermon.

Est-il du nombre de ces bigornots/bigornottes ?

PS On parler aussi d'arapèdes. Ex : '"les arapèdes de la PED".

Averell
Régulier

Nombre de messages : 346
Age : 35
Réputation : 15
Date d'inscription : 07/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par henri le Mer 7 Nov 2007 - 16:25

J'aime beaucoup les "arapèdes de la PED".
Il serait possible également pour évoquer l'usurpation parler de "Bernard l'hermite" qui occupe une maison (pizzeria ?) qui n'est pas la leur. La definition du Bernard l'hermite par Littré amusera Courtoisrazzo. En effet, le Bernard l'hermite est également une pagure: "Lat. pagurus, du grec, ajuster, enfoncer, et queue, ainsi dit parce que, étant à queue molle, il loge cette queue dans des coquilles vides."

henri
Habitué

Nombre de messages : 124
Age : 55
Localisation : Versailles
Réputation : 5
Date d'inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Victor le chacal le Mer 7 Nov 2007 - 19:12

Guinevere a écrit:Superbe, la couverture de Saint-Sermon !

Ceci posé, je trolle un tantinet. Cela fait quelque temps que j'avais des doutes sur l'emploi, ici, du terme bigorneaux pour désigner des gens qui, en quelque sorte, s'accrocheraient à leur rocher.
Ils sont tous deux herbivores et "broutent" grâce à une sorte de langue râpeuse (la radula) les algues fixées aux rochers.
Le bigorneau ne se détache pas du rocher car il croit (dans le cas de RC) vivre du rocher. On parle souvent de "bigorneau de rocher" par ailleurs.
Il faut se féliciter également qu'un certain nombre restent sur le rocher aussi.

Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7692
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 78
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par IPfix le Mer 7 Nov 2007 - 19:16

Averell a écrit:Car la question qui se pose est de savoir qui est Saint-Sermon.

Est-il du nombre de ces bigornots/bigornottes ?
Hors sujet. le propos de ce forum ne consiste pas à savoir qui est derrière les pseudos comme sur tous les forums du monde. C'est ce qu'on appelle la netétiquette.

IPfix
Habitué

Nombre de messages : 193
Réputation : 4
Date d'inscription : 21/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Guinevere le Jeu 8 Nov 2007 - 7:59

Le jeu du masque ôté avait été lancé autrefois à propos de Victor. Et désormais nous le savons tous : Victor est John Doe !

Guinevere
Pilier du forum

Nombre de messages : 795
Age : 69
Localisation : Au royaume arthurien
Réputation : 9
Date d'inscription : 20/02/2007

http://reflexsurtempscourants.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Rantanplan le Jeu 8 Nov 2007 - 19:32

L'auteur nous aurait-il caché l'essentiel de son livre ou nous en a-t-il déjà fait part ?
On est un peu déçu qu'il n'intervienne pas céans.


Dernière édition par le Ven 9 Nov 2007 - 2:43, édité 1 fois

Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Guinevere le Jeu 8 Nov 2007 - 20:17

Le Duc, Rantanplan, le Duc !

Guinevere
Pilier du forum

Nombre de messages : 795
Age : 69
Localisation : Au royaume arthurien
Réputation : 9
Date d'inscription : 20/02/2007

http://reflexsurtempscourants.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Victor le chacal le Ven 9 Nov 2007 - 0:07

Monseigneur le Duc!

Des extraits dans pas longtemps.

Bav.

Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7692
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 78
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Papamobile le Mar 13 Nov 2007 - 21:37

Insoutenable attente! Heureusement, Courtoisrazzo nous fait-il l'honneur de quelques bouteilles de son divin champagne!

Papamobile
VMPL

Nombre de messages : 41
Localisation : Castel Gandolfo, l'été
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Victor le chacal le Mar 13 Nov 2007 - 21:47

Oui, un peu longue à venir je trouve cette exclu. Je voudrais des extraits avant la publication (imminente).

Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7692
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 78
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Saint Georges le Jeu 15 Nov 2007 - 15:59

Chers F:. F:. et Amis,

Dans le cadre des extraits exclusivement publiés (avec autorisation de l'Auteur) des OEuvres de Monseigneur le Duc, un long extrait plus spécialement (que d'honneur! respect ) consacré aux aventures du FL sur la toile... cheers

D'aucuns ne manqueront pas de se reconnaître... Wink

L'Admin
Saint Georges


Dernière édition par le Jeu 15 Nov 2007 - 16:15, édité 1 fois

_________________
Le Dragon, terrassons!

Saint Georges
Tout-Puissant

Nombre de messages : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Duc de Saint Sermon le Jeu 15 Nov 2007 - 16:03

Les hommes de (petite) main de Monseigneur – Le Régent, ses porteurs de chaise et ses videurs de chaise percée – Création et apparition de la très puissante et redoutable OFFICINE – Une punaise sur les coussins du trône, un clou dans l’escarpin du Régent-Lune.

Il y eut, parmi les méprisables fantoches que furent les créatures que Monseigneur stipendia à chanter sa gloire et à justifier partout l’éclat de son imposture, quatre autres vagues humanités sorties de nulle part, mais dont le rôle qu’ils tentèrent de jouer, et qu’on leur recommanda de remplir, est au parfait déshonneur du Maître qui les employa.

Ces pauvres hères n’eurent pour toute fortune que d’être désignés et commis aux pires bassesses par la faveur de celui qui en sut tirer toutes les misérables rancoeurs et les dérisoires ambitions qu’il y avait en eux, et, encore une fois, les flatter si bien dans leur petit orgueil, qu’ils en conçurent l’illusion d’être gens d’importance.

Dévoués comme il se doit, quand on n’est rien, mais qu’on vous élève à la dignité de pas grand-chose, ils se vouèrent si promptement, corps et âme (si tant est qu’ils en eussent une) à leur Maître, que celui-ci put sans grande peine les faire s’absorber aux plus humiliantes et répugnantes besognes, en lesquelles ces esprits minuscules virent la grâce qu’on leur accordait de donner enfin pleine mesure de leur nullité.
Ainsi, non content de leur confier tout d’abord des tâches qui pouvaient encore passer pour acceptables, dans le domaine de la sujétion aveugle et des travaux d’office, Monseigneur les employa bientôt à tout faire, leur consentant même ce qu’il leur désigna, sans qu’ils bronchassent, comme l’honneur de porter à eux quatre, par groupes de deux, la chaise de parade dont il avait coutume de faire usage, lorsqu’il lui plaisait de se rendre à Paris, chaque Lundi, pour s’y livrer à ce qu’il fut bientôt coutume de désigner comme « la comédie de son hebdomadaire adresse au Peuple ».
Mais pour parler de : « chaise », sa très petite Altesse eût bientôt la fantaisie de ne point seulement réserver à ces valets zélés le privilège de porter celle en laquelle il avait coutume de se déplacer sur les routes, mais aussi, de leur confier les soins de veiller à l’usage de celle où elle avait coutume de s’aller asseoir, lorsque la nature se faisait pressante à lui travailler l’entraille, et où l’on dit que quelque grand souverain qu’on soit, il convient d’aller seul, et de se rappeler qu’on n’y est assis que sur la partie la moins recommandable de soi-même. Ajoutons, pour que le tableau de ce postérieur que je livre à la postérité soit sans feinte pudeur, et que l’image que je me donne à peindre des ridicules du Régent soit complète, que même en ces endroits où le Roy se retire sans conseillers ni commensaux, Monseigneur ne cessait point de se croire assis plus haut que le commun, et qu'il avait fait tapisser de miroirs les murs de cette hygiénique retraite, afin de se pouvoir contempler avec complaisance, même en cette situation qui, pour beaucoup, ne relève point de la grandeur.

Il convient de s’étendre quelque peu sur le portrait de ces personnages, dont le succès de ridicule tiendra pour beaucoup au règne de Monseigneur sur le Royaume Courtois et sa Cour, et qui, sans que les circonstances eussent porté au trône un tel sinistre pitre, ne fussent jamais sortis de l’obscurité où ils finiront par rentrer, après avoir commis devant nous un tour de piste qui, pour tout dire et se montrer honnête, nous aura, à la fin, fort plaisamment diverti. Ces ridicules qu’on ne voudrait point voir, même affublés de masques, dans une farce italienne du signor Gozzi resteront en quelque sorte dans nos mémoires comme les figures grimaçantes et disgraciées dont les architectes gothiques agrémentaient les contreforts et les balustres des cathédrales, - à cette seule différence qu’elles n’auront été que les gargouilles d’une bien triste gouttière, aux pignons d’un édifice sans majesté.

En tête, venait immédiatement le plus pitoyable de tous, dont on a peine à dire si ses ridicules doivent susciter l’éclat de rire ou la commisération et dont, je pense, il nous sera difficile de donner sans paraître exagérer, le ressemblant portrait, tant sa bêtise et sa maladresse paraissent excéder le bon sens.
On vit, un jour, digne suppôt de son Maître dans la vol et l’accaparement du bien d’autrui, ce personnage apparaître, tout fraîchement sorti du fond de la plus morne et déshéritée des provinces, où sans nul doute, n’eût été le déplorable exemple de conduite que le Régent donna au plus haut de l’Etat, ne se fût jamais à ce point mêlé de se découvrir des prétentions à intervenir dans les affaires, et à faire l’important dans les antichambres. Comme nous l’avons dit, ces gens-là n’ont point de nom, mais se désignent eux-mêmes sous des sobriquets qu’on ne voit d’ordinaire usités qu’au sein des compagnies de brigands qui sévissent sur les routes, ou des associations de malfaiteurs qui tiennent le bas du pavé dans les faubourgs de la capitale.

Celui dont je m’emploierai ici à peindre l’épaisse et grossière figure était connu par ses semblables sous le nom de « Petit Galeux », et n’avait pour tout emploi (du moins : avouable et avoué) que celui de cantonnier, vivant et oeuvrant au plus retiré des marches de l’Est, dans ces pays dont on n’évoque point sans frissonner la désolation et la déshérence, et qui doivent donner à ceux qui même n’y font que passer en carrosse ou les traverser à la tête de nos armées, pour rejoindre les garnisons et les postes frontières du Rhin, l’idée de ce qu’est de vivre ici-bas dans quelque antichambre du Purgatoire.
Sachant à peine aligner deux lettres, et incapable de mettre ensemble trois mots sans insulter à la syntaxe et à l’orthographe (et il n’est même point la peine de parler ici de « style »…), ce vague-misère avait tout essayé en sa vie – excepté d’être pourvu de deux sous de bon sens -, et il avait finalement trouvé une sinécure en ces emplois où l’on ne demande à l’impétrant qu’à montrer les dispositions d’une parfaite inaptitude, afin de vaguer au non-service de l’Etat, mais avec paiement assuré chaque mois par les deniers de celui-ci.
Ce prétentieux imbécile nourrissait, comme toutes les médiocres qui se croient autorisés à tout oser ici-bas, les prétentions les plus hautes. Et il suffit qu’il vît Monseigneur usurper lui-même ce qui n’était point son bien au plus haut de l’échelle, pour qu’à sa petite altitude, il s’avisât de faire de même, et de se donner des Lettres et du crédit qu’il n’avait point, en lançant le plus diligent et zélé bureau de propagande, dévolu à chanter les louanges de Sa Très Minuscule Altesse, et à colporter, par les plus reculées des campagnes, les prétendus bienfaits de Celle-ci.

Il alla, bien entendu, pour cela, frapper à la porte du Comte de Beketchstein, qu’on sait avoir toujours été très heureux de pouvoir compter, pour relayer ses entreprises, sur les plus naïfs des sots facilement acquis à sa cause. Celui-ci, trop heureux de se voir offrir les services d’un si inespéré paysan, - non pour le coup, du Danube, mais de la Moselle -, le paya, en son habituelle monnaie de singe et de songe, de toutes les flatteries, et l’incita en son entreprise.
Or, il en était du Petit Galeux comme de ces gens qui, croyant tirer en l’air pour atteindre un faisan à la chasse, s’embrouillent si bien dans leurs chausses et agissent avec tant de maladresse, qu’ils finissent par tuer leur chien, quand ils ne se blessent point eux-mêmes mortellement. Au bout de quelque temps, cet impayable drôle finit par réussir à faire fermer son ouvroir, ayant dépassé les bornes de l’imprudence, et se croyant de par la protection dont il s’imaginait jouir, au-dessus de toute plainte et de tout danger au regard de certaines Lois du Royaume.

Autant dire qu’à cette occasion, son principal appui le Comte de Beketchstein en usa comme à son ordinaire, lorsqu’il avait fait porter le chapeau et recevoir les coups à sa place, par quelqu’une des créatures déshéritées qu’il avait l’habitude de pousser au vice, et qu’il se contenta de quelques paroles de compassion indignées, accompagnées de ces parcimonieuses, quoique fielleuses larmes, dont il l’avait l’habitude de payer les services de ceux qu’il avait eu soin d’exploiter d’abord, pour les mieux trahir ensuite.

Cette date reste désormais fameuse, où se constitua, de par le seul courage de quelques uns qui eurent l’esprit de saisir l’occasion quand elle était dans l’air, ce qu’il est convenu désormais d’appeler (selon le mot même que lança Monseigneur, et qui eut, à contrario de ses intentions, l’éclatante fortune qu’on sait) : l’Officine. Je veux parler évidemment de cette réunion de beaux esprits et d’hommes et femmes de cœur et de bravoure, qui, d’un coup, s’agrégea autour d’un mystérieux justicier, qui se fit d’abord nommer « Le Banni », puis, par dérision, à cause que le Régent avait employé ce mot un jour, afin de le désigner : « Le Chacal ».

Les frondeuses gens de l’Officine eurent maille à partir avec les créatures les plus dévouées à Monseigneur : en premier, le Petit Galeux dont j’ai plus haut parlé, qui écuma, bien entendu, de rage, à voir qu’on le dépassait sur le terrain qu’il s’était imaginé occuper, et qui, dès lors, fut la cible des quolibets du Chacal et de ses acolytes, qui s’amusèrent fort, et avec une drôlerie sans égale, à stigmatiser les travers, les maladresses et les ridicules de ce pitre inculte qui s’ingéniait à mal emboucher les trompettes de la Renommée, et à chanter les louanges publiques de Monseigneur comme s’il eût plutôt soufflé dans un aigre pipeau à trois notes, ou joué d’une cornemuse aux notes faussées.
Or d’autres agents, hommes de petite main et membres de la garde rapprochée de Monseigneur, attirés sans doute par la démangeaison ne se faire battre, et la volupté de se voir raillés sur la place, trouvèrent bon de prendre le même chemin, et (doit-on croire, poussés par leur Maître, et encouragés par son âme damnée le Comte de Beketchstein), s’essayèrent à se mesurer avec la verve redoutable de l’Officine, dont la seule existence, et le fait qu’elle publiât, preuves à l’appui, la vérité de son usurpation et fît partout justice de son imposture, était comme un clou dans l’escarpin du Régent, qui obligeait sa Grandeur à boiter, en empêchant heureusement que son mensonge pût continuer d’endormir l’opinion publique, d’égarer la ville et d’illusionner la Cour.

Parmi les porteurs de chaise et les videurs de cuvette de Monseigneur dévoués à plaisir à ces répugnantes besognes, se trouvaient également un militaire aux mœurs douteuses, qu’on nommait pour cela : la Caporale de la Jacquette, et un obscur faiseur de phrases, un de ces journalistes sans verve ni vertu, ou de ces rhétoriciens sans emploi, comme le Comte de Beketchstein aimait à en employer à rédiger les torchons qu’il appelait ses « libelles » ou ses « gazettes ». Ce piètre pisseur de copie se faisait appeler, quant à lui, et signait du nom de : Lesdiguières, voulant montrer par là, en reprenant à son compte ce nom d’un chancelier célèbre du Vert Galant, qu’il était tout dévoué à la cause de Monseigneur, - dont on sait que l’un des prénoms est celui-là même que portait le bon Roy Henri.

Tout ceci ne montra d’autre danger pour l’Officine que de manquer, maintes fois, la faire étouffer de rire, et n’offrira d’autre importance que de nous quelque peu divertir ainsi que de nous faire un tantinet nous dégourdir la plume, au fil d’un austère récit, et dans le cours des pages de ce Mémoire destiné à témoigner (ainsi que l’eût dit le grand Cicéron) des perdita tempora d’un Règne obscur et détestable…

Duc de Saint Sermon
Intervenant

Nombre de messages : 18
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Impatient Re: SAINT-SERMON : LE LIVRE!

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum