Fouquereau sera toujours Fouquereau

Aller en bas

Fouquereau sera toujours Fouquereau

Message par Vincent le Lun 31 Mar 2008 - 13:20

Dans un récent Spam reçu par votre confrère en forumerie
l'innénarable et très dialoguant Fouquereau a écrit:
FORUM POUR LA FRANCE

Un député peut en cacher un autre

On m'avait recommandé d'inviter,lors de la dernière émission que je patronne sur radio courtoisie, Bernard Carayon, député du Tarn, en charge des questions d'intelligence économique, qui avait déposé un rapport à Matignon en 2006 et qui venait d'écrire un excellent article dans le Figaro.

Il confirmait l'importance stratègique du développement des logiciels libres en France ce qui relève effectivement d'une nécecessité allant bien au delà de considérations techniques ou économiques.

L'expérience, qui malheureusement pour moi vient d'une longue expérience donc d'un âge qui avance, fait que je contrôle toujours l'information, ou je précise qu'elle n'a pas été recoupée, et je suis allé "au renseignement"

Notre député propose ni plus ni moins qu'une politique européenne d'intelligence économique, position qui ne ressortait pas de l'article du Figaro. Il faut dire que le rapport avait été commandé par J.P Raffarin, le porte coton de VgE et de ses idées : France moyenne, vérité au delà du Rhin, nos amis venus d'ailleurs, drapeau, symboles, monnaie, bientôt langue, normes etc venues d'au delà des mers et même d'un certain océan.

Le député du Tarn est un ancien du RPR, il s'annonce comme Gaulliste et aurait pu, si je n'y avais pris garde, fait exploser les lignes téléphoniques dans les studios de Radio Courtoisie.

Il n'empèche que le député met l'accent sur certains éléments que nous devons prendre en considération : Le secteur du logiciel, pourtant hautement stratègique a été négligé par les pouvoirs publics et que même les applications "Internet grand public" bien qu'en forte croissance, ne sont pas prises en compte - Or chacun peut le préssentir, la toile est devenue le support de demain et le logiciel devient , si ce n'est déjà fait, le meilleur moyen à la disposition de tous les secteurs de l'économie pour augmenter leur compétitivité.

Le rapport est alarmant : la France est là aussi en retard, mais le député qui a raison de souligner ce fait et d'être le premier à souligner cette carence, appelle malheureusement dans son rapport à un "patriotisme économique européen".

Que celui qui a fait ce qu'il fallait dans ce domaine lui jete la première pierre. Des Parlementaires qui sentent le vent mauvais envahir notre pays, dénoncent dans un premier temps le phénomène puis lassés du vide sidéral qu'ils rencontrent chez nous se jetent à corps perdu dans l'européisme béat.

Pour ne pas laisser se développer cette dérive, NOUS DEVONS IMPERATIVEMENT DENONCER CES "MANQUES" ET POUSSER LES POUVOIRS PUBLICS FRANCAIS A LES COMBLER.

Comme nous l'avons fait en transformant la communauté communautaire préconisée par le Prix Nobel d'économie Français, Monsieur Maurice A LLAIS, en préfèrence française, nous pouvons aller dans le même sens et reprendre les propositions du député du Tarn il suffit simplement de les adapter.

L'informatique, qu'on le veuille ou non est la science de l'avenir. Une Grande puissance, telle que la France, qui n'investirait pas dans cette science, deviendrait pour le moins, de la dimension que lui reservait VgE il y a 30 ans, une puissance moyenne, puis petite, pour terminer Etat croupion d'autres Etats ou sectes.

Pour faire de l'économie de la France, une des économies les plus performantes et des plus compétitives, il est nécessaire d'investir massivement en matière de recherche et de formation. La France, grande puissance, sera numérique ou ne sera pas.

Ce qui suit et que je reprends simplement dans le résumé du rapport, devra être travaillé, puis reformulé par des hommes de l'art. Ma connaissance en 'informatique se résumant à quelques gros mots lancés en direction de mon écran, à demander à ma petite fille qui est en 6ème, ou à téléphoner à deux ou trois personnes qui s'y connaissent pour me sortir d'une situation qui parait ubuesque à toute personne sachant utiliser correctement l'arme électronique.

Il s'agit pour le député de la défense d'un logitiel LIBRE afin de se défaire de l'emprise américaine.

Bernard Carayon se prononce pour l'utilisation systèmatique des standarts ouverts et d'imposer : le format international ISO 'ODF' pour la création et la diffusion de tout document officiel. Ces standards ouverts représenteraient "la" condition du développement économique en matière de technologies de l'information - BIEN EVIDEMMENT LE DEPUTE propose cette solution à l'échelon européen alors que la France si elle était première en la matière pourrait le vendre aux autres

Le député propose aussi : la création d'un Pôle de compétitivité dédié aux logiciels, ainsi que la mise en place par le ministère de l'Industrie d'un tableau de bord de l'évolution de l"utilisation des logiciels libres dans l'ensemble de l'administration publique (ce qui sous entend que cela n'est pas fait)

Cette proposition à pour but de mettre l'U.E (pour nous la France) à l'abri d'une dépendance inacceptable vis à vis de l'Amérique, telle que l'a été la France vis à vis de l'Amérique, avant la mise en place de l'arme nucléaire française et telle que l''a France a du la subir sur le plan de la culture avec l'acceptation avec le Plan Marschall de cotas (déjà) pour le cinéma.

Le député dénonce l'omniprésence du format DOC (Word) qui est un prodessus de domination idéologique et culturelle de la part des USA. (partie à nous préciser par nos spécialistes)

Pour défendre notre position nous allons nous heurter, et pourquoi pas, à l'Office européen des Brevets, qui se trouve dans une situation tout à fait inconfortable, les brevets logiciels qu'il délivre, sont détenus par les cies étrangères à l'UE (43% USA, 30% Japon) ce qui pourrait permettre aux firmes étrangères de s'opposer par voie de justice à tout ce que proposerait une entreprise d'une nation de l'UE. Le député propose de s'opposer à la brevetalité du logiciel libre. LE fORUM POUR LA FRANCE DOIT PRENDRE POSITION, d'aprés le député, la brevetalité du logiciel menacerait sérieusement la liberté de programmation, la publication du "code source" l'expose plus largement aux poursuites judiciaires

L'essentiel aprés la défense de son bien et d'en assurer la diffusion. L'activité économique liée aux techniques de l'information se mesure à travers le marché des logiciels et le marché croit à mesure que le consommateur se familiarise avec les solutions qu'il propose, ce qui promet, croissance économique et emploi dans les années à venir. Il est donc impôrtant de ne pas se laisser dépasser et de développer une alternatice au modèle américain. Ce rôle du développement de ce produit, si nous ne voulons pas qu'il reste sous domination américaine, solution que l'UE adoptera sans aucun doute, c'est l'Etat qui doit l'assumer en réinvestissant ou en guidant l'épargne dans ce domaine. L'Etat doit se porter garant de cette épargne, ce qu'il a fait du temps de VgE (Ministre des Finances) en garantissant les emprunts de la Sidérurgie (Emprunts GIS), qu'il a du rembourser, (nous rappellerons un jour cette énorme escroquerie de façon à ce qu'elle ne se renouvelle pas) mais des émissions d'obligations garanties par l'Etat, transformables si l'obligataire le désire, en actions, permettrait de trouver l'argent nécessaire, il restera à l'Etat de solliciter et d'entraîner des entrepreneurs, qu'une formation professionnelle adaptée aura su préparer aux techniques de l'avenir.

Voilà des propositions qui préparent la France à retrouver le chemin de sa souveraineté et de son indépendance.

Pourquoi n'ai je pas voulu inviter le député du Tarn ? Parce qu'il a osé affirmer adopter une ligne gaullienne, alors qu'il a transformé un discours du Général qui parlait d'Europe de nations, alors que lui propose une nation européenne.

Henri Fouquereau

Secrétaire Général du Forum pour la France

Ainsi donc la preuve nous est administrée, une fois de plus, que l'esprit d'ouverture de Jean Ferré a laissé la place au plus dérisoire des sectarismes.

L'exemple est donné depuis son usurpation du 23 octobre 2006 par HdL en personne.

Fousquereau sera toujours Fouquereau. Un âne. Et R(ex)C n'est plus radio Courtoisie.
avatar
Vincent
Habitué

Nombre de messages : 115
Age : 50
Localisation : Désert de Retz
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum