LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Invité le Sam 9 Juin 2007 - 22:34

Hum, effectivement, je n'avais pas l'idée qu'il existât des GBEA, mais sachant en revanche à quoi ressemble l'établissement des procédures dans le cadre d'une assurance qualité, j'imagine que quand en plus les normes en sont édictées par une administration sanitaire française, ça doit encore être pire. Ce qui donne une idée de l'infini. Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Rantanplan le Sam 28 Juil 2007 - 8:14

La blague du jour : rémunérer les travailleurs !
Par Le Révolutionnaire bleu.

(voir aussi son émission du 14 juillet 2007 sur Reichman TV)




Triste constat : aujourd'hui, en France, les journalistes anars de gauche sont les plus intéressants. Ils sont les seuls à exprimer des avis critiques. Certes, ils raisonnent souvent de travers. Mais au moins tentent-ils des raisonnements. C’est mieux qu’ailleurs, où il ne s’écrit, ni ne se dit plus rien qui soit raisonné. C'est en lisant le Canard Enchaîné, ou Marianne qu'on trouve quelques informations intéressantes. Et des analyses qui ont le mérite d’exister.
Ainsi dans le Canard Enchaîné du 11 juillet, les deux premières « minimares » (brèves pour le canard) sont instructives. La première évoque un record de l’Etat français :
    « Constat de la Commission européenne : La France est désormais le premier pays de la zone euro en termes de dépenses publiques : 53,2% du PIB, devant la Finlande »
Quel beau résultat ! Après cinq années de gouvernement UMP, nous sommes enfin devenu le pays le plus communiste d’Europe. Bravo la fausse droite ! Bravo la droite étatiste ! Bravo la drauche ! Hip hip hip hourra ! L’Etat le plus omniprésent de la zone euro, l’Etat le plus adipeux et l'Etat le plus paralysant. Certains s’étonnent qu’en 2006 nous ayons eu le deuxième taux de chômage le plus élevé et le deuxième taux de croissance le plus faible de la zone. Ils ont raison : nous devrions être deux fois derniers. Qu’ils se rassurent : cela sera bientôt le cas. Par la grâce de nos ponctionnaires bien aimés.
La deuxième minimare concerne la performance de l’économie française :
    « L’excédent commercial allemand a atteint en mai 17,5 milliards d’euros, et le déficit commercial de la France 5,7 milliards d’euros ».
Cocorico ! Si c’est pas la preuve qu’on est les meilleurs. Non, non : ce ne sont pas les statistiques en francs et sur l’année. C'est en euros, et sur un seul mois. L’Allemagne est plus compétitive qu’elle ne l’a jamais été, pendant que nous nous effondrons. Avec le même euro fort que dénonce Nicolas Sarkozy : cherchez l’erreur. Alors étonnez-vous que les Allemands nous rient au nez lorsque nous demandons à rediscuter la politique monétaire. Eh oui : l’euro n’explique pas tout. Loin de là.
Ici encore, c’est l’Etat, le grand responsable. Avec ses systèmes éducatifs et sociaux inadaptés, "la fabrique à crétins" et "la fabrique à fainéants", qui découragent l’effort et le travail, notre Etat, si mal dirigé par nos fonctionnaires, nous enfonce chaque jour davantage.

Ces deux faits sont liées. Notre Etat omniprésent plombe nos entrepreneurs et nos travailleurs. Et avec elles, nos niveaux de vie. Cela devrait susciter un gigantesque débat. A la place on nous sert des micro-mesures dérisoires.

Regarder le journal de France 3 du dimanche 22 juillet au soir est instructif. Une grande affaire préoccupe notre Président : le sort des infirmières bulgares condamnées à mort en Libye. Certes, c’est là une dramatique histoire. Mais qu’en avons nous à faire ? En quoi est-ce une priorité pour les 65 millions d’habitants de France ? Nous nageons en plein délire : L’Etat français étouffe l’économie française, et son chef s’occupe du sort d’infirmières bulgares ! A-t-il un lien de parenté avec ces Bulgares, notre Hongrois national ? Personne pour lui hurler :
    Sárközi, occupe toi de la France et des Français !
Dans le même journal de France 3, on apprend que le premier ministre fantôme, Fillon, a été à Argenteuil. Le secrétaire d’Etat socialiste Martin Hirsch, aurait réitéré le constat fait depuis plus de dix ans déjà : on gagne trop peu à travailler en France. Certains perdent même de l’argent quand ils se mettent à travailler. Ils vivent mieux de l’assistanat que du travail. Bravo : j’avais déjà entendu des députés faire ce constat il y a plus de dix ans à l’Assemblée. Dix ans pour que cela passe des oreilles des ministres à leurs cerveaux! Puisqu'on vous dit que notre classe politique est excellente !
A la télé, une brave dame explique au gentil Fifi et au frère Martin, que si elle prenait un emploi à mi-temps, elle perdrait toutes les allocations qui accompagnent son RMI : allocation logement, CMU etc. et que comme en plus elle devrait payer ses transports, au total l’opération serait perdante. Frère Martin et Fifi ont donc mis en place un système très compliqué dont le nom, RSA, n'a pas davantage d'intérêt que le système en lui-même. Ce système devrait permettre à la brave dame de ne plus perdre de l’argent si elle se mettait à travailler. Par contre, le journaliste explique qu'elle n'en gagnera toujours pas davantage. Faudrait quand même pas exagérer : améliorer son niveau de vie en travaillant ! Tous en choeur : Hahaha. Ha-ha-ha. HA-HA-HA. Non mais! Ca va pas la tête? C’est bien un raisonnement d'ultra-libéral suppôt du capitalisme, ça.
Pas question ! Nous sommes de gauche nous autres, les hommes et les femmes de gouvernement. Et le communisme demeure une magnifique idée.
D’ailleurs, dans le Canard Enchaîné du 18 juillet, on apprend que Sarkozy est « de plus en plus ouvert » :
    « Le chef de l’Etat l’affirme haut et fort à la plupart de ses visiteurs, il ira plus loin en matière d’ouverture : Je ne m’arrêterai pas en si bon chemin, je vous surprendrai »
La surprise ?
    « Le rêve de Sarko, c’est de convaincre des communistes d’accepter des missions ».
Le Président essaierait d'embaucher Jean-Claude Gayssot et Robert Hue.
Puisqu'on te dit que pour toute la classe politique française, y compris le Sárköz, le communisme est une grande idée et les communistes des gens très bien!
Dire que certains cornards ont cru que Sarko était de droite et libéral.
Marianne du 14 juillet titrait :
    « Politique : Les Cocus »
    « La vraie droite effarée par un pouvoir sarkozyste qui intègre la gauche caviar et soixante-huitarde, creuse les déficits et relance l’immigration »
Là aussi, c'est dans la presse de gauche que se font les meilleures analyses.
Marianne titre sur "la vraie droite". Mais quel parti appartient à "la vraie droite" ? En dehors de la Révolution bleue, on cherchera vainement le mouvement politique qui tente de la représenter.


Dernière édition par le Sam 28 Juil 2007 - 16:13, édité 1 fois
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Julien.Mart le Sam 28 Juil 2007 - 16:11

« L’excédent commercial allemand a atteint en mai 17,5 milliards d’euros, et le déficit commercial de la France 5,7 milliards d’euros ».
Cocorico ! Si c’est pas la preuve qu’on est les meilleurs. Non, non : ce ne sont pas les statistiques en francs et sur l’année. C'est en euros, et sur un seul mois. L’Allemagne est plus compétitive qu’elle ne l’a jamais été, pendant que nous nous effondrons. Avec le même euro fort que dénonce Nicolas Sarkozy : cherchez l’erreur. Alors étonnez-vous que les Allemands nous rient au nez lorsque nous demandons à rediscuter la politique monétaire. Eh oui : l’euro n’explique pas tout. Loin de là.
Ici encore, c’est l’Etat, le grand responsable. Avec ses systèmes éducatifs et sociaux inadaptés, "la fabrique à crétins" et "la fabrique à fainéants", qui découragent l’effort et le travail, notre Etat, si mal dirigé par nos fonctionnaires, nous enfonce chaque jour davantage.

Tiens, pourquoi pas une comparaison avec les USA (700 milliards de dollars de déficit commercial)? Argumentation bien spécieuse tout de même. Mounicq rejoindrait-il des analyses à la Emmanuel Todd jugeant la compétitivité d'une économie à l'aune de sa balance commerciale? Pour le reste, plutôt d'accord.


Mais quel parti appartient à "la vraie droite" ? En dehors de la Révolution bleue, on cherchera vainement le mouvement politique qui tente de la représenter.

Le FN et le MPF... à la rigueur, le CNI.. Quant à la révolution bleue, elle me semble mal en point. L'échec de Sarkozy pourrait cependant lui redonner quelques couleurs.

Julien.Mart
Intervenant

Nombre de messages : 36
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Rantanplan le Sam 28 Juil 2007 - 16:17

Mounicq rejoindrait-il des analyses à la Emmanuel Todd jugeant la compétitivité d'une économie à l'aune de sa balance commerciale?
C'est plutôt l'évolution qui est significative, ainsi que sa raison sous-jacente : la France, et en particulier les hommes de l'État, s'endettent pour payer les dépenses courantes. Et la discussion sur l'Euro révèle avec éclat que c'est une mauvaise monnaie, par construction inadaptée aux conditions d'ajustement dans la plupart des pays.
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par georges lane le Sam 28 Juil 2007 - 21:37

Julien Mart a écrit
Mounicq rejoindrait-il des analyses à la Emmanuel Todd jugeant la compétitivité d'une économie à l'aune de sa balance commerciale?
L'euro est une monnaie politique régionale sans précédent, résultat d'une milo construction pour le moins discutable.

L'année prochaine, il y aura dix ans que les taux de change spot des monnaies nationales - à quoi il a été substitué - et que les taux d'intérêt à court terme spot d'icelles auront été verrouillés par les hommes de l'Etat une bonne fois pour toutes pour lui donner existence. résigné

tapoter La balance commerciale d'une économie monétaire n'a aucune espèce d'importance dans un monde de liberté pour la raison qu'il y a ajustement des prix en permanence et pour la conséquence qu'il y a équilibre de la balance : son solde est nul.
De plus, à supposer qu'il ne soit pas nul, il est alors égal en valeur absolue au solde de la balance des capitaux. Et dans ce cas, la balance des paiements est globalement équilibrée : son solde est nul.
Il en est ainsi parce qu'un solde non nul de la balance commerciale d'une économie monétaire va de pair avec un solde non nul et de signe contraire de la balance des capitaux. Bref, la balance des paiements est globalement équilibrée, et son ajustement se fait par l'ajustement de la balance commerciale et de la balance des capitaux.

Soit dit en passant, des soldes non nuls, on peut déduire les sens dans lesquels les ajustements de prix auraient du se faire, ne se sont pas faits et se feront toutes choses égales par ailleurs.

Dans une économie monétaire où des prix ont été fixés une fois pour toutes, il en est différemment : les prix en question ne bougeront pas jusqu'au jour où les hommes de l'Etat qui les avaient fixés devront revenir sur leur décision et les fixer à d'autres niveaux. Et cela jusqu'au jour où ils renonceront à les fixer, convaincus qu'ils seront alors de l'inanité de ce qu'ils auront fait dans le passé.

Dans le cas de l'économie de l'euro, expérience sans précédent rappelons-le, la balance des paiements en question n'est pas celle de la France ou de l'Allemagne. clinbleu
C'est celle de l'économie résultant désormais des 13 économies des pays à Etat de l'euro. De même que du temps du franc français, la Banque de France n'avait pas l'idée de calculer la balance des paiements de Nice ou de la Beauce, de même, à l'époque actuelle de l'euro, la Banque centrale européenne se moque de la balance des paiements de la France ou de celle de l'Allemagne.
Et la balance de l'économie de l'euro est globalement équilibrée.
Dans la mesure où l'équilibre cache des déséquilibres de la balance du commerce extérieur et de la balance des capitaux - des balances "peau de panthère" relativement aux différents pays -, ces déséquilibres ne peuvent qu'être momentanés et vont disparaître par variation des prix.

Si les balances nationales sont évoquées par des commentateurs comme si l'euro n'était pas d'actualité, c'est que, par exemple, en France, les commentateurs vivent dans le passé Sleep , qu'il y a un ministère du commerce extérieur et il faut bien que le ministre et ses accolytes "travaillent" ou donnent l'impression de travailler noyé : n'est-il pas meilleur travail que de faire, chaque mois, un commentaire de la balance du commerce extérieur ? chaise

C'est aussi que, désormais, rien ne peut faire que la balance des paiements de la France soit simplement "globalement équilibrée". L'euro - et l'organisation monétaire qui le sous-tend - fait que la balance globale peut autant l'être que ne pas l'être, et dans ce dernier cas, celui du déséquilibre global, il peut autant s'agir d'un déficit que d'un excédent.

La balance du commerce extérieur de la France est déficitaire et celle de l'Allemagne est excédentaire, soit. Des ajustements de prix auraient du être pratiqués et ne l'ont donc pas été. Le seront-ils ? Devront-ils l'être ?Dans quel sens ?
Quid en effet de leurs balances des capitaux respectives ?
Quid de leurs balances globales respectives ? Dans chaque pays, le solde de la balance du commerce est-il égal - au signe près - au solde de la balance des capitaux ?
Ou bien la France a-t-elle une balance globalement déficitaire ou excédentaire ?
Quid de l'Allemagne ?

En vérité, les réponses à toutes ces questions dépendent fondamentalement boulet primo des politiques budgétaires des pays de l'euro, i.e. de la fiscalité, des dépenses publiques et du solde budgétaire choisis dans chaque pays, et secundo de la confiance du marché financier dans les conséquences de ces politiques (en particulier, l'évolution de l'endettement).

Et tout cela pour autant que l'euro continuera à exister, qu'il n'y aura pas eu de "clash" quake dans le marché politique de l'euroland peace .


respect
avatar
georges lane
Habitué

Nombre de messages : 164
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/02/2007

http://blog.georgeslane.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Julien.Mart le Dim 29 Juil 2007 - 5:17

Merci pour ces précisions intéressantes, M Lane.

Julien.Mart
Intervenant

Nombre de messages : 36
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Rantanplan le Dim 29 Juil 2007 - 8:48

Les discussions sur la balance des paiements sont pour les économistes l'occasion de rappeler que celle-ci n'a de sens que pour le monopoleur d'une politique monétaire monopoliste, et que les variations de la balance commerciale ont toujours une contrepartie dans les flux de capitaux.

C'est pourquoi on aimerait que Georges Lane développe davantage l'analyse des effets du monopole monétaire sur la possibilité d'ajuster les offres et les demandes sur les marchés, ainsi que de ceux du pillage et de l'irresponsabilité institutionnels sur l'endettement et les investissements.
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par georges lane le Dim 29 Juil 2007 - 16:34

Rantanplan a écrit :
C'est pourquoi on aimerait que G.L. développe davantage l'analyse des effets du monopole monétaire sur la possibilité d'ajuster les offres et les demandes sur les marchés, ainsi que de ceux du pillage et de l'irresponsabilité institutionnels sur l'endettement et les investissements.
Très cher Rantanplan, je ne saurais trop renvoyer chacun à ce que Jacques Rueff a écrit sur le sujet jusqu'à sa mort en 1978. tapoter Quelques lignes ne suffisent pas.

Les réponses à votre question s'y trouvent.
Certaines d'entre elles auraient seulement besoin d'être mises à jour étant données les étapes de la connaissance financière franchies depuis la décennie 1970. study

A un moment où Rueff semble revenir en odeur de sainteté dans le "politiquement correct", à un moment où le nouveau Président de la République décide de constituer une Commission sur le modèle de celle qu'avait conçu Rueff en 1959 pour dénoncer les "obstacles à l'expansion économique", à un moment où le nouveau Premier Ministre nomme comme président de cette Commission, non pas le Président de la Cour des comptes, antérieurement pressenti , mais "Piqueur de la Mirandole" – copyright Le Canard Enchaîné du 12 janvier 1983 -, l'anti Rueff par excellence, l'un des scribes de l'absurdité intitulée L'anti économique, 1ère éd. 1974, je ne saurais trop conseiller de lire les Œuvres complètes de Jacques Rueff, expression inachevée de la philosophie qui l'a animé toute sa vie. respect

Suivant en cela Jacques Rueff, dans L'Ordre Social, tome IV des Œuvres complètes de Jacques Rueff, Plon, Paris, 1981, Chapitre XXIII intitulé "Les échanges internationaux" et, en particulier, le paragraphe de conclusion du chapitre intitulé "l'inanité de toute distinction entre commerce intérieur et commerce international", je dirai seulement que dans une économie de liberté, il n'y a pas de distinction à faire entre échange intérieur ou échange extérieur.

Ceux qui agitent une prétendue différence dans ces échanges ont pour but de conférer aux hommes de l'Etat la capacité juridique de mener une politique protectionniste puisque, selon les premiers nommés, les actions des hommes de l'Etat seraient la solution (cf. Vilfredo Pareto à propos de "l'Arche du protectionnisme" dans les Oeuvres complètes de Vilfredo Pareto, Droz, Genève, 1964 : l'arche du protectionnisme, c'est la balance des paiements.

Dans une économie de liberté, il n'y a pas de distinction non plus à faire entre échange de choses non financières et échange de choses financières. On échange toujours des droits de propriété.

A ce propos, Rueff n'a jamais eu de mots assez durs pour regretter que la Commission dont il avait partagé la présidence avec le Président de la SNCF en exercice, Louis Armand, n'ait pas eu dans son champ d'investigation le marché de la monnaie et le marché du crédit où il considérait que se trouvaient les obstacles fondamentaux à l'expansion économique ! Il l'avait demandé expressement, cela lui avait été refusé !

Le déficit commercial n'est donc pas un problème économique, mais le résultat d'une mesure de grandeurs économiques. Le déficit commercial récurrent n'est pas non plus un problème économique, mais la qualification d'une mesure de grandeurs mettant l'accent sur la "succession"... Le prétendu problème du déficit commercial ne saurait donc être important car il n'existe pas.

Ce qui existe et est à dénoncer est primo le parallèle qui est fait par certains entre déficit du budget de l'Etat et déficit commercial et qui les conduit à parler de "déficits jumeaux". Le parallèle est une grande absurdité. lol!

Existe secundo un seul problème : celui du déficit récurrent du budget de l'Etat dont l'existence dépend en définitive de la "bonne volonté" du marché financier et de la couardise des hommes de l'Etat qui n'osent pas avoir une fiscalité et des dépenses publiques à la même hauteur. Rueff ne parlait pas de la couardise, mais du mensonge : "soyez libéraux, soyez dirigistes, mais ne soyez pas menteurs" aimait-il à répéter. I love you En créant des faux droits, le déficit budgétaire récurrent est mensonge.

Mais si le marché financier venait à ne plus vouloir boulet ... ou si les citoyens venaient à comprendre enfin qu'ils ont tout à perdre de la couardise de leurs élus colere …, tout serait imaginable…

vivefl
avatar
georges lane
Habitué

Nombre de messages : 164
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/02/2007

http://blog.georgeslane.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Rantanplan le Dim 29 Juil 2007 - 17:36

Passé un certain âge on ne peut pas être socialiste si on n'est pas menteur.
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par georges lane le Lun 30 Juil 2007 - 19:33

Une coïncidence m'amène à compléter ma précédente réponse. Le complément est à mettre en relation avec ce que Rantanplan a écrit, à savoir :
Les discussions sur la balance des paiements sont pour les économistes l'occasion de rappeler que celle-ci n'a de sens que pour le monopoleur d'une politique monétaire monopoliste,
Je mettrais ce que je vais écrire à la lumière de deux citations :
"Mais il y aura toujours des monopoles inévitables, dont le caractère transitoire et temporaire ne se transformera en caractère permanent que sous l'effet de l'intervention des gouvernements" (Friedrich von Hayek dans Constitution de la liberté, 1959, 1994, p.266)
et
"Souvent, les institutions qui survivent, au lieu d'alléger leur joug, le rendent de plus en plus pesant à mesure qu'elles deviennent plus inutiles" (Vilfredo Pareto dans sonCours d'économie politique, 1896/97, §637)

Dans le BULLETIN DE LA BANQUE DE FRANCE – N° 55 – JUILLET 1998, la Banque de France reconnaît que :
"La création de l’Union monétaire européenne (UME) au 1er janvier 1999 et la mise en place du Système européen de banques centrales (SEBC) suscitent parfois des interrogations sur la pérennisation des balances des paiements complètes pour chaque État membre de l’Union monétaire."
En d'autres termes, rien ne justifie désormais que la Banque de France continue à gaspiller des ressources à faire fonctionner une direction de la balance des paiements, chargée d'élaborer icelle.

Mais la Banque de France ajoute quelques lignes plus loin :
"L’étude traite, dans une première partie, des raisons qui militent en faveur du maintien de balances des paiements nationales complètes. La deuxième partie porte sur le contenu de la future balance des paiements de l’Union monétaire européenne. Puis est examinée l’adaptation des sources et méthodes utilisées pour la confection des balances nationales dans le nouveau contexte créé par la mise en place de l’euro."

Quelles sont les raisons données par les auteurs de l'étude, à savoir Jacques Pécha et François Renard de la Direction de la Balance des paiements.

Trois grandes raisons :
- la politique économique
- la nécessité d'établir des comptes nationaux et
- le désir de chacun de rester une nation.

Conclusions de l'étude, entre autres :
"Les balances des paiements nationales resteront indispensables pour éclairer la conduite de la politique économique qui demeurera de la responsabilité des États membres au sein de l’UEM ; elles viseront, comme aujourd’hui, à appréhender les flux de transactions courantes et d’investissements directs, canaux par lesquels s’effectue une part de plus en plus importante du processus d’intégration européenne.

À l’inverse, une fois fixée la valeur de l’euro par rapport aux devises des pays participants, à fin 1998, seule la balance des paiements de l’Union monétaire (et non les balances nationales) jouera un rôle pour la conduite de la politique monétaire de la zone euro, dont les objectifs seront fixés par le Système européen de banques centrales.

Cela ne voudra pas dire, comme on vient de le démontrer, que les balances des paiements nationales ne seront pas nécessaires pour les besoins des gouvernements, des agents économiques et des organismes internationaux (au nombre desquels le FMI et l’OMC, mais aussi la Cnuced et l’OCDE pour les investissements directs).

L’harmonisation entre pays européens des balances des paiements, pour satisfaire les besoins nationaux et européens, est un impératif absolu.
Ce processus, déjà largement engagé, devra prendre en compte la nécessaire adaptation de certaines sources au contexte nouveau créé par l’achèvement du marché intérieur et la mise en place de l’euro.
Cette adaptation ne pourra se faire sans une mise en commun des forces entre les différents partenaires économiques concernés au sein de la zone euro : la Banque centrale européenne, les banques centrales nationales, les déclarants, les administrations nationales (instituts statistiques, administration des Douanes, autres ministères), mais également les autres pays membres de l’UE ainsi que les pays candidats à l’UE, avec lesquels il sera tout à fait nécessaire de poursuivre le renforcement de la coopération statistique comme ce sera le cas avec la création d’un Comité des statistiques monétaire, financier et de balance des paiements pour ces pays, à l’instar de ce qui existe déjà pour les pays de l’UE et de l’Espace économique européen."
La Banque de France, hier monopole au coût prohibitif, aurait du disparaître du fait de la milo création de l'euro.
Non seulement, elle n'a pas disparu, mais encore, elle maintient ses services, mêmes les plus inutiles comme la direction de la balance des paiements. What a Face

Et étant donnés les mots de conclusion cités, elle laisse entendre affraid qu'il faudrait peut-être renforcer la direction en question !

Relisez les citations liminaires de Hayek et de Pareto, la Banque de France est un exemple vivant de l'imposture qu'elles schématisent. yes

respect
avatar
georges lane
Habitué

Nombre de messages : 164
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/02/2007

http://blog.georgeslane.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Rantanplan le Lun 30 Juil 2007 - 21:57

Ce n'est pas que le monopole monétaire national ait jamais été autre chose qu'une nuisance, mais quand le Leurro disparaîtra, les hommes de l'Etat voudront revenir aux monnaies nationales.
Ca se fera plus tôt s'ils ont gardé ces instruments --bien entendu, pour les prébendes qui s'y attachent.


Dernière édition par le Mar 31 Juil 2007 - 11:19, édité 1 fois
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Guinevere le Mar 31 Juil 2007 - 10:11

"Quand le Leurro disparaîtra", dites vous. Qu'est-ce qui va donc sûrement le faire disparaître, à votre avis ?
J'ai surtout pour ma part le sentiment d'un piège, forçant à partir de cette monnaie et de toutes les structures connexes (banque européenne, etc.) la construction d'un machin qui n'est pas un Etat mais en a les contraintes, où l'on hurle à la démocratie sans en mettre un milligramme dans les structures et qui me donne le sentiment de parler et d'écrire un obscur dialecte promis au destin du patagon.
J'aurais écrit "si" ou "au cas où", mais vous, Rantanplan, affirmez "quand" avec une si tranquille certitude que j'ai fort envie de vous croire.
avatar
Guinevere
Pilier du forum

Nombre de messages : 795
Age : 70
Localisation : Au royaume arthurien
Réputation : 9
Date d'inscription : 20/02/2007

http://reflexsurtempscourants.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Bibi-les-bobards le Mar 31 Juil 2007 - 10:14

Georges Lane a écrit:La Banque de France, hier monopole au coût prohibitif, aurait du disparaître du fait de la création de l'euro.
On imagine des souris dans un fromage de Hollande : spectacle enchanteur pour le contribuable. Mais, n'y a t-il pas aussi derrière cette volonté de conserver les structures, tout au fond, en arrière-plan, une sorte d'idée qui traîne dans les ministères d'un possible retour subit à la monnaie nationale ? Qu'un de ces jours, l'Euro puisse, à la surprise générale, avaler son bulletin de naissance, en définitive ça pourrait arranger les affaires de certains, non ?

Un Euro à l’Allemande se révèle être, à l’usage, trop malcommode pour les paniers percés qui nous gouvernent. C’est une monnaie pour fourmis, pas pour cigales.
avatar
Bibi-les-bobards
Habitué

Nombre de messages : 133
Localisation : in situ
Réputation : 0
Date d'inscription : 02/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Invité le Mar 31 Juil 2007 - 10:54

Bibi-les-bobards a écrit:
On imagine des souris dans un fromage de Hollande : spectacle enchanteur pour le contribuable. Mais, n'y a t-il pas aussi derrière cette volonté de conserver les structures, tout au fond, en arrière-plan, une sorte d'idée qui traîne dans les ministères d'un possible retour subit à la monnaie nationale ? Qu'un de ces jours, l'Euro puisse, à la surprise générale, avaler son bulletin de naissance, en définitive ça pourrait arranger les affaires de certains, non ?

Un Euro à l’Allemande se révèle être, à l’usage, trop malcommode pour les paniers percés qui nous gouvernent. C’est une monnaie pour fourmis, pas pour cigales.

Ah ça pourrait effectivement arranger certains fonctionnaires de la BdF, seule institution à ma connaissance où certains sont payés non 12, non 13, non 14, mais l'équivalent de 18 mois par an. (Il est vrai qu'ils ont récemment fait quelques efforts sur le nombre de leurs inutiles, soyons justes.)

Pour les Allemands, ils ont été plus prudents que nous : tous leurs billets et toutes leurs pièces sont encore stockées. Chez nous, on a choisi de brûler nos vaisseaux, nos Delacroix et nos Cézannes. De là à croire que l'Euro ne leur plaît pas tant que ça… il suffit d'ailleurs de voir presque sangloter la ménagère Rhénane quand on évoque le 100DEM Clara Schumann avec son sehr romantisch piano au dos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Rantanplan le Mar 31 Juil 2007 - 11:24

"Mais il y aura toujours des monopoles inévitables, dont le caractère transitoire et temporaire ne se transformera en caractère permanent que sous l'effet de l'intervention des gouvernements"

(Friedrich von Hayek dans La Constitution de la liberté, 1959, 1994, p. 266)
Hayek appelle ici "monopole" ce qui n'en est pas un, puisque le "monopole" ne peut être qu'un privilège institutionnel.
Il n'était qu'à moitié compétent en matière sémantique, et c'est pour ça qu'il lui a fallu 70 ans pour se rendre compte que l'expression "justice sociale" n'a pas de contenu normatif définissable (en tant que concept descriptif, la "justice sociale" c'est : "le nom que les puissants donnent aujourd'hui à leur exploitation esclavagiste des faibles dans les régimes socialistes").
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par georges lane le Mar 31 Juil 2007 - 13:47

Rantanplan est sévère. clinbleu

Le mot "monopole" exprime une réalité : il y a un seul producteur/vendeur de la chose échangeable en question. yes

Et s'il en est ainsi, c'est qu'un être humain est parvenu à réduire son ignorance sur la réalité et que le résultat de cette réduction rencontre les besoins ou désirs d'autres semblables. yes

Mais au spectacle de ce producteur/vendeur unique, d'autres intelligences vont s'escrimer à faire "mieux", à "capter l'attention des consommateurs", étant donnés leur libre arbitre, leur libre examen de la situation et les qualités qu'ils possèdent, sans les connaître nécessairement. C'est la concurrence. yes

On observera qu'ils réussissent s'il y a un deuxième, un troisième, etc. producteur/vendeur. Le monopole aura disparu pour laisser place à un duopole, à un tripole, à un oligopole, à un polypole. Comme l'écrit Hayek, le monopole aura été transitoire. app

On observera qu'ils n'y réussissent pas s'il n'y a pas un second producteur/vendeur qui s'établit.
Deux cas sont à distinguer alors tapoter :
- le premier établi est en fait un monopole concurrentiel, un concurrent ultra compétitif à qui personne d'autres n'a la capacité de se mesurer : tant mieux pour les consommateurs. yes
- le premier établi a soudoyé des hommes de l'Etat pour qu'ils mettent sur pieds des réglementations à l'éventuel établissement d'autres, bref des obstacles : la démarche a transformé le monopole en privilège réglementaire, i.e. en interdiction de la concurrence. affraid

Mais Hayek se trompe sur le caractère permanent du monopole dans ce cas car il oublie libre arbitre, libre examen et autres qualités propres de chaque être humain et leur conséquence : la réduction de l'ignorance de chacun et l'innovation. yes

Les pires réglementations ne seront jamais perpétuelles à cause de l'innovation doigt qui prend de cours les hommes de l'Etat.

Certes, ces derniers tendent à s'adapter pour reconquérir leur primauté et concoctent de nouvelles réglementations milo : c'est la prétendue réforme.

Mais tout cela détruit des ressources et il faut que des ressources soient disponibles pour qu'ils y parviennent.

Et comme ils ne produisent pas de ressources, il faut non seulement qu'ils les volent mais qu'ils en volent de plus en plus milo : et c'est la prétendue révolution.

Jusqu'à présent, les hommes de l'Etat ont survécu aux réformes et autres révolutions. Mais, à l'échelle de l'histoire, cela est transitoire.

Je ne désespére pas, pour des raisons purement logiques Embarassed , que le monopole réglementaire de la violence qu'ils se sont donnés et qui fait leur force, ne résiste pas à l'innovation, à la réduction de l'ignorance sur quoi débouche l'action humaine.


vivefl
avatar
georges lane
Habitué

Nombre de messages : 164
Réputation : 3
Date d'inscription : 25/02/2007

http://blog.georgeslane.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE de JGM avec Christophe Mounicq du 01/06/2007

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum