Sur le blog de Jean-Christophe Mounicq

Aller en bas

Sur le blog de Jean-Christophe Mounicq

Message par Rantanplan le Jeu 11 Oct 2007 - 14:22

L’ouverture... à l’immigration accélérera la faillite
Par le Révolutionnaire bleu


Le Président de la République tente de convaincre, notamment les parlementaires de sa majorité, que l’ouverture politique est un « devoir ». Elle serait le moyen de faire accepter les réformes par le plus grand nombre. Le président du groupe UMP au sénat considère, lui, qu’il est dangereux de rallier « des personnes qui ne partagent en rien notre vision de l’économie, notre approche de la solidarité sociale ». Cette remarque valut à Josselin de Rohan d’être qualifié d’« abruti » par Nicolas Sarkozy.

L’actualité valide pourtant les propos du sénateur. Le sujet de l’immigration, - toujours plus sensible depuis les attentats du 11 septembre 2001, la présence de Le Pen au 2e tour de la présidentielle de 2002, la loi contre le voile, les émeutes généralisées de novembre 2005, les caricatures du prophète, et la banqueroute de nos finances publiques et sociales -, illustre le danger de l’ouverture : la paralysie.

Trois personnalités emblématiques de l’ouverture - Rama Yade, qui dit « ne pas partager les valeurs traditionnelles de la droite », Martin Hirsch et Fadela Amara qui se disent ouvertement « de gauche » - ont démontré par leurs actions et propos qu’ouverture rime avec fermeture des réformes.

Le 6 septembre 2007, à Aubervilliers, Rama Yade a illustré la première "l'ouverture fermeture" en soutenant des squatters dont l’évacuation avait été demandée par la mairie communiste. Elle s’opposait à une décision de justice exécutée par le Préfet. Née et ayant vécu la moitié de sa vie en Afrique, Rama Yade montrait qu’elle était davantage solidaire des Africains en situation irrégulière que de l’Etat et du gouvernement français dont elle fait pourtant partie. Par ce geste, un membre du gouvernement tentait de paralyser l’application de la loi française par l’administration française.

Le 2e couac vint de Martin Hirsch, sur Europe 1, lorsqu'il jugea « pas acceptable » un texte de loi voté par les sénateurs UMP, qui excluait les sans papiers des dispositifs d’hébergement d’urgence. Là encore, un membre du gouvernement, expliquait, à une majorité démocratiquement élue, que la France doit héberger tous ceux qui se trouvent sur son territoire, y compris ceux qui n’ont aucun titre valable de séjour. Ce faisant, Martin Hirsch, ancien directeur de cabinet du ministre socialiste Bernard Kouchner en 1997, se situe dans la droite ligne de son mentor qui explique sur les plateaux de télévision que la solidarité sociale doit être planétaire et ne pas se limiter aux seuls nationaux.

Sous la pression de M. Hirsch, l’amendement des sénateurs fut retiré. Les Français, et plus précisément ceux qui travaillent dans le privé, qui créent des richesses et se voient confisquer la majeure partie du fruit de leurs efforts (72%), seront contraints de continuer à financer les logements des immigrés illégaux... Ils continueront aussi, bien sûr, à payer pour l’éducation des enfants de clandestins.

La reculade du gouvernement, sur une simple injonction de l'insignifiant M. Hirsch, indique que notre système social ne sera pas réformé. Encouragé par les pompes aspirantes de notre Etat-providence, l'immigration incontrôlée continuera de s'amplifier. Nos dépenses publiques et sociales progresseront de manière parallèle. Les impôts et charges augmenteront. Nos entrepreneurs et travailleurs se démoraliseront un peu plus. Les emplois se délocaliseront. Le pouvoir d’achat diminuera.

Le 3 e couac fut l’oeuvre de la pas pute pas soumise Fadela Amara. Il résume les deux premiers. La secrétaire d’Etat a jugé « dégueulasse » d’ « instrumentaliser l’immigration ». Elle sous-entendait qu’il est "dégueulasse" de parler d’immigration en certains termes. Bien sûr, de ce point de vue, il serait "dégueulasse" d'évoquer le coût de l’immigration. Il se chiffre pourtant en dizaines de milliards d’euros par an. Mais Fadela a raison : c’est le meilleur moyen pour que l’Etat français fasse faillite.

Par delà le chaos, qui sera violent, la faillite offrira une chance de recréer un système pérenne moins injuste. En espérant les Français capables de comprendre d’où viennent leurs malheurs. Ce qui n’est pas évident. Il suffit de voir combien ils sont favorables à l’ouverture pour comprendre... qu’ils ne comprennent pas grand chose. L’ouverture n'est pas l'ouverture à l'intelligence. Mais l'ouverture au statu quo. C’est, entre autre, l’ouverture à l’immigration incontrôlée. Qui accélérera la faillite. Mais peut-être est-ce ce qu’ils cherchent au fond d’eux-mêmes, tant ils savent ce système fiscaliste spoliateur et injuste sans oser se l’avouer ?
avatar
Rantanplan
Bavard

Nombre de messages : 1307
Réputation : 21
Date d'inscription : 25/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur le blog de Jean-Christophe Mounicq

Message par Invité le Jeu 11 Oct 2007 - 14:29

C'est vrai qu'au total, Nicolas Sarkozy pourrait bien nous faire une démonstration semi-involontaire et grandeur nature que l'UMPS n'était pas qu'un slogan.

Il y a paradoxalement au moins autant de radicalisme dans cet homme-là qu'il y avait de radical-socialisme dans Jacques Chirac.

On progresse, on progresse ironic

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur le blog de Jean-Christophe Mounicq

Message par Victor le chacal le Jeu 11 Oct 2007 - 23:40

Pour mémoire enregistrement de JC Mounicq sur le petit Nicolas sur L101:
http://lumiere101.com/2007/06/01/apres-les-presidentielles/
avatar
Victor le chacal
particulièrement hargneux

Nombre de messages : 7701
Localisation : Derrière la lune embusqué pour au moment propice attaquer
Réputation : 83
Date d'inscription : 16/01/2007

http://www.lumiere101.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur le blog de Jean-Christophe Mounicq

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum